Étiquette : jardinage

Planter un poivron chez soi

Vous avez acheté un poivron qui attend vaillamment son heure ? En le préparant, vous allez vous appliquer à enlever les graines pour les jeter à la poubelle. Et si vous en gardiez quelques unes pour les planter ? Ca ne coûte rien, ca prend 5 mn, et vous pourriez être surpris du résultat !

poivron

Voici la bête (le poivron pas le chat !)

Ce dont vous avez besoin :

  • Un pot (ici, il s’agit d’un pot de 40 cm de diamètre)
  • Du terreau
  • Des tuteurs (lorsque la plante aura bien grandi)

La plantation du poivron

Les graines de poivron germent très facilement. Prenez-en 5-6, mettez-les simplement en terre à 3 cm de profondeur dans le pot à côté d’une fenêtre (plein sud c’est mieux), arrosez de temps en temps, et attendez que ca lève (environ 15 jours). A ce stade, considérez que vos poivrons sont en compétition, il ne faudra conserver que le meilleur (celui qui aura poussé le plus vite). C’est du capitalisme végétal, oui c’est cruel. Il est évidemment possible de garder plusieurs plants, mais ils vont devoir se partager le pot, et la récolte sera moins bonne. Ensuite, la seule chose à faire est de maintenir la terre humide (il faut donc arroser régulièrement…).

Au bout de quelques semaines, la plante va commencer à faire des fleurs. Les premières ne donneront sans doute rien, et finiront par tomber. Patience ! Pour donner un fruit, une fleur doit être fécondée. Comme nous sommes à l’intérieur, pour faciliter cette étape, n’hésitez pas à secouer (gentiment) votre poivron de temps en temps pour disperser le pollen.

Les premiers poivrons devraient commencer à se développer à partir du pistil, qui va grossir. Là aussi, il va falloir être patient, ca va prendre encore quelques semaines avant d’avoir un poivron d’une taille raisonnable. Sous le poids des fruits, certaines branches peuvent plier, c’est le moment de mettre en place des tuteurs.

La récolte des poivrons

Il faut préciser ici qu’il va être très difficile d’avoir des fruits aussi gros que ceux du commerce. Tout dépend du volume du pot, de l’exposition, mais aussi des apports de fertilisant. En ce qui me concerne, je mets du purin d’ortie pour stimuler la croissance de la plante, et du thé de vers (issu de mon lombricomposteur). Il ne faut pas hésiter non plus à tailler la plante 1-2 feuilles au dessus du fruit pour qu’elle concentre son énergie sur celui-ci.

poivron

Même si les poivrons restent petits, il n’en demeure pas moins qu’ils vont être bien plus parfumés que ceux du commerce (en tous cas ceux des grandes surfaces). A quel moment peut-on les cueillir ? C’est à vous de voir ! On peut les récolter verts à n’importe quel stade (bon, autant patienter jusqu’à ce qu’ils aient atteint une taille raisonnable, sinon le repas va être frugal), et si l’on attend un peu, on aura même le plaisir de les voir rougir (eh oui, le poivron vert et le poivron rouge sont le même fruit à un stade différent de maturité).

Tout ca à partir de quelques graines ! Et même si la récolte est décevante, vous aurez quand même vu pousser une belle plante ornementale 🙂

_______________________________________________




Cultiver ses plantes aromatiques

Basilic, ciboulette, coriandre, menthe, persil, estragon, aneth… Toutes ces plantes ont en commun de parfumer régulièrement nos plats. Le basilic splantes aromatiquesur les tomates-mozzarella c’est fantastique ! L’estragon sur le poisson c’est trop bon, et la ciboulette avec le fromage blanc c’est super chouette.

Seulement voilà (style M6), la plupart du temps, nous nous contentons d’acheter nos plantes aromatiques en grande surface, en sachet, lyophilisées, voire surgelées.

A cela, divers inconvénients :

  • le risque de rupture de stock : vous avez une magnifique rangée de 15 flacons Ducros sur l’étagère de votre cuisine, c’est celui dont vous avez impérieusement besoin qui est vide
  • le manque de saveur : la plupart des plantes aromatiques perdent grandement leurs avantages olfactifs une fois cueillies (exemple : le basilic, qui une fois séché n’a plus du tout la même odeur)
  • le prix ! Par exemple, les herbes fraiches ensachées tournent autour de 150 € le kilo (sic).

    Menthe poivrée et menthe verte

Alors, avec l’arrivée des beaux jours, pourquoi n’adopteriez-vous pas quelques plantes aromatiques ? En échange d’un peu d’eau, vos nouveaux compagnons vous dépanneront à loisir pour vos oeuvres culinaires, même le dimanche.

Vous trouverez des pots des principales plantes aromatiques en grande surface, en jardinerie ou chez votre primeur, pour un prix modique (environ 2 €). L’idéal est de rempoter immédiatement dans un contenant plus grand, et de placer votre nouvelle acquisition à la lumière d’une fenêtre, ou mieux, à l’extérieur.

Par ailleurs, certaines plantes se bouturent ; ainsi, si vous avez acheté de la menthe ou du basilic frais en sachet, vous pouvez mettre les brins dans un verre d’eau, et les replanter une fois que des racines apparaissent.

Pour les plus patients, vous pouvez également acheter des graines. C’est aussi la solution la plus économique ! En deux semaines vous verrez les pousses sortir de terre (il faudra néanmoins attendre encore un peu avant de pouvoir opérer ses « prélèvements »).

Ne surexploitez pas vos protégées si vous voulez qu’elles vivent longtemps ! Coupez les brins les plus hauts, cela évitera que la plante fasse des fleurs (sauf si vous voulez obtenir des graines) et lui permettra de se ramifier. L’arrosage doit se faire régulièrement et sans excès (une plante qui a trop d’eau va avoir tendance à se flétrir, ce qui laisse à penser qu’elle a soif alors que c’est l’inverse !).

Les plantes aromatiques en pot, c’est moins cher et c’est meilleur, alors pourquoi ne pas tenter l’expérience ? Cerise sur le gâteau, elles ne génèrent pas de déchets d’emballages.

________________________________________________